IHU de Strasbourg, 1er Lauréat ex-aequo de l’appel à projets IHU

31 mars 2011

Le projet IHU Strasbourg « Institute of Image-Guided Invasive Hybrid Surgery »

© IRCAD
L’IHU de Strasbourg vise à faire émerger une nouvelle spécialité médicale, la Chirurgie Mini-Invasive Guidée par l’Image (MIX-Surg).
Ces dernières décennies ont été le témoin de progrès fulgurants en médecine, les procédures mini-invasives ayant remplacé les résections chirurgicales radicales. Malheureusement, les techniques mini invasives ont été développées par des spécialités médicales séparées et distinctes et sont inévitablement limitées à l’expertise individuelle de praticiens spécialistes, tels que le chirurgien, le gastroentérologue et le radiologue.
L’IHU associera les meilleurs aspects des techniques mini invasives issues de diverses spécialités afin de créer des approches hybrides optimales pour une meilleure prise en charge des patients. L’IHU améliorera alors les approches hybrides grâce à une recherche de pointe dans ce nouveau domaine, développera la prochaine génération de dispositifs médicaux et formera les futurs professionnels.
L’IHU se concentrera initialement sur les maladies abdominales, qui représentent un large pourcentage des affections les plus répandues au monde. Après une première preuve de concept sur ces pathologies abdominales, l’IHU élargira son champ d’application en développant des approches hybrides dans d’autres disciplines chirurgicales.

Construire l’IHU sur une large expérience en chirurgie révolutionnaire

Strasbourg a joué un rôle clé dans le développement et la diffusion de la chirurgie mini invasive. L’IRCAD, créé aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg par le Professeur Jacques Marescaux, jouit d’une reconnaissance mondiale en tant que centre d’excellence pour la recherche et la formation en chirurgie mini invasive. Chaque année, plus de 4.000 chirurgiens de 92 pays participent aux sessions de formation organisées à Strasbourg. Le succès de l’institut et la demande croissante de formation ont mené à la création de sites miroirs internationaux, l’IRCAD Taiwan et l’IRCAD Brésil. L’IRCAD a par ailleurs créé WebSurg.com, université chirurgicale en ligne qui compte plus de 200.000 membres. Enfin, l’institut a toujours été à la pointe d’une recherche translationnelle innovante, grâce à des équipes multidisciplinaires, soutenues par une forte collaboration public-privé (19 partenaires industriels).

Construire une nouvelle infrastructure pour les soins aux patients, la recherche, l’innovation et le transfert de technologies au cœur de l’Europe

Image: IRCAD

Image: IRCAD

L’IHU est idéalement situé au cœur de l’Europe, facilitant la coopération franco-allemande dans le développement de dispositifs médicaux. L’IHU est issu de l’Université de Strasbourg, la meilleure université française dans les domaines de l’ingénierie et de la biologie moléculaire, ainsi que de trois centres de recherche nationaux majeurs (CNRS, INRIA et INSERM). Le point central de l’IHU sera la plateforme unique de 17 salles d’opération hybrides dédiées aux soins, à la formation et à la recherche. Elles seront installées dans un complexe construit de manière à générer un « effet cluster », qui vise à optimiser la créativité et favoriser le transfert de technologie.

Attirer des médecins, des chercheurs de renom ainsi et des leaders de l’industrie

L’idée de développer de nouvelles procédures médicales et de nouveaux marchés de santé publique permettra d’attirer des leaders internationaux en médecine et en ingénierie. Elle permettra par ailleurs de s’associer à des leaders industriels majeurs. L’IHU dispose de l’engagement des leaders du domaine médical suivants : L Swanström (USA), T. Ponchon (FR), C. Ell (DE), B. Gay (FR), M. Delveaux (B), P. Koninckx (B). De nombreuses compagnies partagent la vision de l’IHU sur la création d’opération hybrides basées sur la chirurgie mini invasive rendues possible grâce à une imagerie sophistiquée, l’aide informatique, la robotique et des technologies de télécommunication avancées. A ce jour, 33 partenaires du monde industriel se sont engagés pour participer activement au projet IHU, dont Siemens Healthcare (DE), Karl STORZ Endoskope (DE), Orange (FR), Thales (FR), ALTRAN (FR), Edap-TMS (FR).

Développer un programme de R&D translationnel ambitieux

L’IHU réunira des laboratoires de recherche et développement et des leaders des domaines de la science, de l’ingénierie et de la pratique clinique. Les programmes de R&D se focaliseront sur la chirurgie patient-spécifique assistée par ordinateur, incluant le traitement d’images médicales, la modélisation biologique, les thérapies ciblées, la robotique et le développement de dispositifs médicaux hybrides. Cette initiative sera inéluctablement à l’origine de la création de start-ups. Afin de faciliter le transfert de technologies, l’IHU emploiera du personnel spécifique et dédié à la Propriété Intellectuelle, le dépôt de brevets technologiques et le développement commercial, pour que des projets aient le maximum de chance d’aboutir.

Créer un nouveau modèle de formation adapté à la nouvelle spécialité de chirurgie hybride

L’évolution de la chirurgie afin d’y inclure le guidage par l’image, l’aide informatique, l’aide robotique et les télécommunications nécessitera de faire évoluer le modèle de formation dans le domaine médical et paramédical. Les limites habituelles entre les disciplines médicales, chirurgicales et radiologiques seront réorganisées afin d’aboutir à des équipes multidisciplinaires compétentes.

Optimiser la subvention du Grand Emprunt grâce à des financements additionnels

Photo: DNA

Photo: DNA

Outre la mise à disposition par les HUS d’un terrain de 1 hectare, l’IHU a déjà l’engagement ferme d’un financement complémentaire dont 30 millions d’euros des collectivités locales pour construire le nouveau bâtiment, et plus de 80 millions d’euros en provenance de l’industrie et de partenaires privés. De plus, l’IHU génèrera des revenus de 50 millions d’euros dans les dix ans.

Investir dans l’économie locale et nationale

L’IHU est aligné sur les initiatives régionales qui identifient la technologie médicale comme le secteur le plus prometteur pour la croissance économique locale. On estime que le marché international des procédures hybrides mini invasives croit annuellement en moyenne de 8%, atteignant 37 milliards d’euros en 2014. Malheureusement aucune entreprise française majeure ne figure sur le marché de la technologie mini invasive en dépit de l’origine française de nombreuses de ces technologies. Pour combler ce vide, l’IHU bénéficie des discussions en cours entre la ville de Strasbourg et les Hôpitaux Universitaires pour développer un campus de 3,5 hectares à proximité de ce nouvel institut dédié au développement des technologies médico-chirurgicales. L’IHU Strasbourg sera à l’origine de la création d’au moins 2.000 nouveaux emplois hautement qualifiés, 10 centres industriels et de R&D et 40 PME en dix ans, sur la base d’une évaluation conjointe réalisée par McKinsey and Company. Un Conseil d’Administration composé d’entrepreneurs, d’industriels, de capitaux-risqueurs et de banquiers aura la responsabilité du développement économique des initiatives issues de l’IHU.

Mesurer l’impact et l’effet économiques sur la santé publique des activités de l’IHU

L’IHU créera un comité dédié spécifiquement à l’analyse d’impact coût-bénéfice. Il sera constitué d’experts de l’économie de la santé. L’objectif ultime est de développer des procédures économiquement efficientes, améliorant les retombées médicales et la qualité de vie des patients.

L’investissement du Grand Emprunt dans l’IHU Strasbourg doit être à l’origine d’une amélioration de la pratique de la médecine, servir de plate-forme pour l’innovation et le transfert technologique dans le domaine des dispositifs médico-chirurgicaux, et permettra une présence de la France dans ce secteur au niveau international.